2012, le bilan : les avis de nazonfly, Carlitolindo et Draly

/ Actualité - écrit par nazonfly (), le 31/12/2012

Temps de lecture estimé de l'article : 8 minute(s) - 2 réactions

Le temps passe et passe et passe
Et beaucoup de choses ont changé
Qui aurait pu s'imaginer que le temps se serait si vite écoulé,
On fait le Bilan, calmement en s'remémorant chaque instant
Parler des histoires d'avant comme si on avait 50 ans.

Neg'marrons - Le bilan

L'heure est venue du bilan avec les avis plus ou moins argumentés de Nazonfly, Carlitolindo et Draly.

2012 par Nazonfly

Purée (oui c'est toujours plus classe de commencer un article par Purée que par Putain). Faire une rétro sur les sorties d'album de l'année, c'est encore pire que de vouloir mettre une note sur un album. Chaque semaine, plus d'une dizaine d'artistes majeurs sortent un album. Et des centaines, des milliers d'inconnus assistent à la naissance de leur bébé, de leur bijou. Et nous devrions tenter de faire un Top pour sacrifier à la coutume de fin d'année. Sans avoir écouté 1 % sans doute de ce qui est sorti. Soit. Tentons donc de faire un petit bilan de ce que j'ai pu chroniquer cette année sur Krinein.

Les tops

Moran – Mammifères. Chanteur québécois à voix rocailleuse et poétique tendance Arno. Un régal.

The heavy – The glorious dead. Du rock des Trente Glorieuses, des guitares saturées et des films d'horreurs, on ne peut qu'aimer !

Ez3kiel – The naphtaline orchestra. Parce que si Ez3kiel sort un nouveau CD, il faut forcément qu'il soit dans un top.

Doctor L – We got lost. Album protéiforme mais qui reste cohérent dans le très haut niveau de la musique à tendance africaine (mais pas que...).

Caravan Palace – Panic. Rencontre entre la musique des années 30 et l'electro la plus récente. La musique évolue toujours, Caravan Palace y amène sa petite pierre.

Les flops


Évidemment là aussi nous ne saurions être totalement complets. On s'imagine bien que le dernier Céline Dion est éreintant pour les oreilles mais quel est l'intérêt de le dire encore ? Alors du coup on va taper sur d'autres. Na !

Lana Del Rey – Born to die. Le flop de la déception, l'album qu'on attendait et qui se vautre en dehors des singles.

Missill – Mashup 2. Flop de la non-imagination. On prend plein de bouts de trucs, on colle le tout et c'est censé faire un disque. Ben non ça fait du vomi.

Tristan Nihouarn – Sauf erreur de ma part. Flop de l'album qui n'est juste pas très bon même si on est tristes pour le chanteur.

Adam Cohen – Like a man. Flop des « fils de » sans talent et de la guimauve industrielle.

Et il n'y aura pas de cinquième larron dans ce flop 5. Tout simplement pour rappeler que la musique est une question de subjectivité, qu'il y a sans doute laaaargement pire que ceux qui ont été nommés plus haut.

 

2012 par Draly


-« Bien, je laisse maintenant la parole à Messire Draly pour son propre bilan ».

Notre cher Naz se retire de la scène alors qu’entre un bel éphèbe tout de noir vêtu, à la dent blanche et au poil luisant :
-« Salut les enfants ! Je vous sens lassé par cette manifestation commerciale d’un conformisme sans bornes… Que diriez-vous qu’on commence à parler de vraie musique ?
- Wéééé ! Du Metal ! Du Metal ! », éructent les trois couillons de hardos au fond de la salle. Le tout se fait, bien sûr, dans un concert d’applaudissements et de hurlements porcins…
-« OK, l’année fut particulièrement productive, donc on commence tout de suite . »


Les tops

Ne Obliviscaris – Portal of I. Des nouveaux venus d’Australie qui nous proposent un Black mélodique et onirique à la fougue caractéristique d’un premier album.

A Forest of Stars – A Shadowplay for Yesterdays. Un troisième album psychédélique autant qu’ésotérique d'une maturité surprenante s’ajoute au palmarès nos victoriens préférés.

Wintersun – Time I. Facilement l’album le plus attendu de l’année pour nombre de nous. Si vous avez vécu dans une grotte depuis 2004 et que vous ne connaissez pas encore Wintersun, foncez !

Enslaved – Riitiir. Le géant norvégien continue sa lente et immuable progression vers des terres moins extrêmes... et je l'y suis volontiers.

Kreator – Phantom Antichrist. Un retour en force inespéré. Un album qui tue tout dans un genre sclérosé. Un renouveau du Thrash en marche ?


Les flops

Tankard – A Girl Called Cerveza. Cerveza? Hum… Vous voyez la Grafenwalder ? Ben voilà… La musique est presque aussi dégueue que la pochette, c’est dire !

Titan – Burn. Le flop controversé de l’année. J’ai vu pas mal de bonnes critiques, mais j’accroche pas du tout. J’y vois juste un truc bourrin et peu inspiré...
* Au même moment apparaît un ado méchu à la véhémence évidente. Il détache son parachute fraîchement posé et tend un doigt vengeur vers la scène, « Hé toi ! Tu peux pas dire ça ! Titan, c’est trop Cooore ! »*
Ouais ben justement, ça dégage !
*L’intervenant se fait alors écarteler par les trois chevelus du fond*.

Lustre – They Awoke to the Scent of Spring. Metal d’ascenseur, circulez, rien à voir. C’est dommage, j’aimais bien le titre de l’album…

 

-«Arf, ben j'ai plus grand chose à dire moi... Allez à plus!»

Plouf ! À ces mots, le centre d'attention disparaît dans un imposant nuage de fumée. À mesure que ce dernier se dissipe, le calme regagne la salle.

2012 par Carlitolindo

Nous y voilà 2012 s’achève et de mon côté au niveau de la musique électronique l’année a de nouveau été monstrueuse oscillant entre une certaine magnificence et, ça saute aux yeux, une médiocrité croissante. Effet de mode oblige, on a pu voir encore beaucoup de genres imposants, comme le R’n’B ou la pop, greffer toujours plus le label électro à tout va dans leur musique pour finalement la réduire à de simple boîte à rythme et autre boucle sonore simpliste, commercialement parlant ça marche du tonnerre mais au niveau qualité on repassera … Malgré tout, ceci ne représente que la surface visible de l’iceberg car sous la surface de l’eau grouille un nombre infini d’artistes qui se donnent corps et âmes pour nous faire découvrir les nouvelles sonorités de ce genre complexe, curieux et illimité alors je me dis que tout n’est pas perdu et que je ne suis pas au bout de mes surprises !

Les Tops

Bon sur ce top je vous donne les 5 albums qui m’ont le plus marqué cette année tous genres confondu et force est de constater que c’est une femme qui m’a le plus agréablement surpris en 2012 !

Bat For Lashes – The Haunted Man : A la fois sombre et lumineux cet opus révèle toujours un peu plus le talent de Natasha Khan qui atteint une maturité artistique surprenante avec cette musique « hantée » !

Kid Koala –  12 Bit Blues : Un voyage ébouriffant dans les années 60 sur le lieu de naissance du blues avec un petit génie des platines ça vous dit ? Entre technique et hommage, cet opus impose le respect !

Of Monsters and Men – My Head is an Animal : L’Islande est un pays où la Folk est omniprésente alors quand un de ces groupes réussit à être reconnu dans le monde, ce n’est pas anodin ! Sorti en 2011 mais distribué chez nous cette année, l’opus de ce groupe sans complexes démontre que la culture musicale de l’île ne se résume pas qu’à Bjork et Sigur Ros.

Burial – Kindred EP : Avec 3 pistes de 10 minutes environ on peut dire que l’artiste prend un risque, mais vu la qualité bluffante de cet ensemble froid et ténébreux, Burial n’a pas encore fini de forcer l’admiration.

Sigur Ros – Valtari : L’Islande est à l’honneur sur ce top mais Sigur Ros avec ce nouvel album nous rappelle combien ils savent rendre la musique poétique ! Lent, apaisé et puissant, cet opus n’est peut-être pas le meilleur du groupe mais reste d’excellente qualité artistique.

Les Flops

Qui dit tops, dit flops et comme chaque année on est bien fournis alors je préviens tout de suite je laisse de côté les « champions du monde » comme Carly Rae Jepsen ou encore One Direction pour me pencher sur ceux qui ont vraiment déçus voir même très très très déçus…

MadonnaMDNA : Bon on est beaucoup à penser que Madonna c’est plus trop ça mais avec cet album piteusement électro elle frôle le grand n’importe quoi ! Le pire c’est qu’avec sa tournée et tous les scandales qu’elle a provoqués, elle a officiellement atteint ce stade, un vrai désastre.

Muse – The 2nd Law : Il faut dire que The Résistance n’était déjà pas très bon mais cet album ne fait qu’affirmer une certaine régression artistique du groupe. Les mélodies sont devenu résolument ultra commerciale et Matthew Bellamy agace avec ses envolées à outrance !

Vitalic – Rave Age : Sans doute une des plus grosses déceptions personnelles de 2012 tant j’apprécie le travail de Pascal Arbez-Nicolas notamment sur le légendaire Ok Cowboy, mais depuis plus rien ! Sa musique s’est noyée dans le système électro-commerciale du moment et c’est bien dommage.

Lana Del Rey – Born to Die : Sur mon bilan de l’année 2011 j’avais placé beaucoup d’espoir sur Lana Del Rey et j’ai pu constater que son album n’est pas du tout à la hauteur du magnifique Video Games… Cet opus ne lui donne pas la possibilité de donner tout le potentiel de sa voix sachant que coté mélodies c’est particulièrement commun dommage !

Santigold – Master of My Make Believe : Disparate Youth est pour moi le titre de l’année ! La production est prodigieuse et son chant particulièrement envoûtant… Le problème c’est que l’album n’est pas du tout à la hauteur ! Les titres s’enchaînent sans surprendre et baignent dans l’auto satisfaction…

Voilà tout est dit en espérant vous avoir donné envie d’écouter les albums issus du top ou même du flop, on sait jamais vous êtes peut être kamikazes ! Bref c’est sur cette phrase teinté d’ironie que je conclus cet article bonne écoute et bonne fêtes à tous !

 

PS  : vignette illustrant l'article sous Licence Creative Commons Paternité issue du flickr de Suus Wansink.

A découvrir
Muse - Showbiz
Muse - Showbiz
Rhapsody
Rhapsody
M - Le Baptême
M - Le Baptême