113 - Concert à la coopérative de Mai

/ Compte-rendu de concert - écrit par Toma, le 28/04/2006

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

On est l'après-midi d'un dimanche pluvieux mais ce n'est pas grave, aujourd'hui je dois interviewer le 113 et suis donc plutôt motivé à sortir ma tête dehors. Le rendez-vous est fixé à 15h30 à la Coopérative de mai à Clermont-Ferrand. Là le manager du groupe me fera comprendre gentiment qu'il faudra que ce soit court : « Demain c'est l'Olympia donc les petits médias, pour un concert à Clermont-Ferrand en plus... » ben c'est pas la priorité du manager ! Après une heure d'attente, monsieur le manager me fait définitivement comprendre que je ne suis pas sa priorité. Entre temps j'aurai quand même pu voir les membres du groupe qui, malgré le refus du manager, ont été tous plutôt sympathiques. On est dimanche après-midi, il est 16h30, il pleut toujours, le concert commence normalement dans une demi-heure peut être sans moi mais finalement, en compensation de ma non-interview, le manager m'invite au concert : on verra une prochaine fois pour l'interview.

Le concert commence bien plus tôt que prévu car un concert du 113 s'attaque dès la file d'attente : les voitures sont garées à proximité, les portes ouvertes, les enceintes au taquet. C'est rudimentaire mais cela instaure une ambiance « hip-hop » plutôt sympa avant de se faire tripoter les roubignoles par un vigile.

Le concert se passe dans la grande coopé pour les connaisseurs, plutôt bien remplie pour un public clermontois généralement plus rock que hip-hop. Pour la deuxième fois en un an c'est L'Skadrille qui sévit à Clermont pour une première partie courte, balançant 4 ou 5 morceaux pour chauffer gentiment le public. Le public se réveille doucement, les mamans venues accompagnées leurs bambins de 10 ans lèvent elles aussi un doigt pour Sarko, par conviction ou pour se fondre dans la masse je ne sais pas mais le doigt y est.

Mais c'est surtout une demi-heure plus tard, avec l'arrivée des membres du 113 que le concert prend toute son ampleur et que le public se déchaîne. 5 personnages débarquent déguisés en petit Nicolas ou encore Georges junior. Très vite Rim'k, AP, Mokobé accompagnés d'OGB et Manu Key, quittent leurs masques et dégoupillent La grenade. Le concert est lancé, la plupart des titres de leurs 113 Degrés sont joués et, ceux qui me plaisaient le moins sur l'album prennent tout de suite une autre dimension. Car le 113 est bel et bien un groupe de scène, un groupe qui sait donner lors d'un concert beaucoup plus qu'une simple récitation de leurs titres. Les trois de Vitry prennent le temps de jouer avec leur public. Même si cela est très certainement facilité par la taille raisonnable de la salle pas trop grande, c'est plus qu'apréciable, l'ambiance est plus que bonne.

Le 113 balaiera aussi les morceaux qui ont fait leur succès depuis leur début, notamment en rejouant rapidement les tontons du bled et autre Jackpot 2000. Qu'il s'agisse de ces vieux tubes ou des nouveaux titres, le public semble tout connaître et participe à tout.

Coté public, si dans certains « pogos » originaux certains semblent en profiter pour régler quelques comptes à coups de coudes bien placés, cela ne dégénérera pas. Il faudra même que le public un peu endormi soit réanimé régulièrement. Pendant quelques minutes OGB seul montra sur scène, non pas pour nous gratifier d'un solo (dommage), mais pour prendre le rôle de chauffeur de salle : la sauce ne prendra pas vraiment il faut l'avouer. C'est d'ailleurs ce qui est ressort de l'ensemble du concert : le 113 a livré une belle prestation mais malgré les nombreux appels pour motiver son public, on aurait aimé sentir un peu plus la sueur couler sur le front des trois artistes. Il en a été de même pour la durée du concert d'une heure et quart : suffisante pour ne pas qu'on se plaigne mais trop courte pour ressortir rassasié du concert.

Globalement le 113 nous a donné une bonne performance et prouver leur valeur sur scène. Alors ce concert là fut, je le répète, un peu court et sûrement plus sage que ce qu'ils peuvent produire mais je pense que cela était principalement du au fait que nous étions la veille de leur plus grosse date. La tâche n'était cependant pas facile que de réveiller un public un dimanche après-midi.

A découvrir
Merzhin - Pleine Lune
Merzhin - Pleine Lune
Rohff - La vie avant la mort
Rohff - La vie avant la mort
Noir Désir - Des visages des figures
Noir Désir - Des visages des figures